Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a déplore  le fait que certains pays musulmans aient connu des crises politiques pendant le mois béni du Ramadan.

Le chef de l’Etat mauritanien, qui a fait cette déclaration dans un message à la Nation, à l’occasion de la fête musulmane de l’Aid El Fetr, en cours de célébration ce jeudi, n’a cité aucun de ces pays, mais a exprimé « l’espoir qu’ils arrivent à en sortir pour que leurs peuples vivent dans la quiétude, la paix, loin de la violence et de l’extrémisme».

Les commentaires, qu’a suscités au sein du public cette déclaration du président mauritanien, portent essentiellement sur les graves crises politiques entretenues en Tunisie par l’assassinat du député de l’opposition, Mohamed Brahmi et en Egypte par le putsch militaire qui a mis fin au régime du président Mohamed Morsi, démocratiquement élu et toujours maintenu en détention.

La Libye n’était pas en reste dans ces débats politiques qui déplorent également les assassinats et violences survenus au cours de ce mois à Benghazi et dont un militant des droits de l’Homme, ainsi que des agents des forces de sécurité ont été victimes.

Pana

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here