La société mixte mauritano-saoudienne de phosphate  va produire, dès le mois de février 2019, une quantité  estimée à 100 millions de tonnes de phosphate, provenant du gisement  de Bofal, près de la frontière avec le Sénégal, situé à  470 km au sud-est de Nouakchott.

Cette offre  représentant 5% de l’exploitation total  (48 km2 sur  945 km2) du site  sera destinée à  l’exportation vers  le continent asiatique notamment en inde.

Cette annonce a été faite, mardi 11 décembre à Nouakchott, en marge de la 5ème Conférence-Exposition des Mauritanides des Mines, du Pétrole et du Gaz.

Le projet d’exploitation de Bofal date de mathusalem, dans le passé   plusieurs entreprises  ont  manifesté leur volonté  d’exploiter  ce site sans grand succès.

Maintenant  que la Mauritanie  est engagée dans un processus de diversification de son portefeuille de ressources naturelles (cuivre, or, phosphate), cette exploitation du phosphate  donnera sans doute un nouveau souffle à l’économie.

Une économie qui a longtemps souffert  de la dépréciation des cours mondiaux de fer, représentant près de 1/3 du budget national.

Rappelons que le capital de  la  société est détenu à 20 % par le gouvernement mauritanien  et les 80 % restants  appartiennent à des privés nationaux et étrangers.

Ibrahima Junior  Dia 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here