L’accord pétro-gazier Senegalo-mauritanien semble bien ficellé, ainsi que le déclare la députée Kadiata Malick Diallo au parlement.

Attention cependant aux démons de la division. La méfiance entre les deux parties a occasionné des surcoûts énormes comme l’installation de la plate-forme sur des barges flottantes et non dans l’un ou l’autre pays. Au delà de l’accord qui consacre la part du lion à BP, les deux pays ont intérêt à verrouiller les dispositions relatives au local content. Les fournisseurs, transport, logistique, seront des opérateurs des deux pays. Mais quid de la participation des banques et compagnies d’assurance ? Quid de l’impact de l’exploitation sur l’emploi ? Les deux pays qui vont aux présidentielles dans quelques semaines (Sénégal) ou quelques mois (Mauritanie) gagneront à enterrer les démons de la division .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here