La Mauritanie n’est pas prête à accepter certaines pratiques modernes de la médecine notamment le clonage humain et les greffes d’organes.

En marge de la réunion conjointe du conseil des ministres arabes de la justice et de l’intérieur, tenue , lundi 4 mars  à Tunis, la Mauritanie a ratifié les conventions et protocoles interdisant le clonage humain.

Le pays a également  signé un traité interdisant  l’organisation du transport, du commerce  et  de greffes d’organes et tissus humains, surtout chez les femmes et les enfants.

En outre le ministre a paraphé une convention  pour  la lutte contre la piraterie maritime et le vol à main armée.

La Mauritanie, pays à 100% musulmans  ainsi que les États arabes sont réticents sur certaines grandes avancées de la médecine notamment le clonage.

Dans ce sens,  les États arabes  de concert  avec  les théoriciens de l’Islam, sont en train de travailler  fermement pour la mise en œuvre d’un cadre législatif.

Des textes qui interdiront le clonage humain ainsi que certaines pratiques de la médecine moderne, n’étant pas conforme à cette religion.

Réunis pendant deux jours à Tunis dans le cadre de la 36e session du Conseil  des ministres arabes de la justice et de l’intérieur, (du 3 au 4 mars), les participants  se sont penchés sur  certains dossiers relatifs à la sécurité, à la  justice et  au terrorisme.

Ibrahima Junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here