La Banque Centrale de Mauritanie (BCM) a procédé à la fermeture de plus de 700 points de transfert  de fonds non autorisé.

Ceci dans le cadre d’une campagne de fermeture des entités de transferts de fonds illégales.

Dans un communiqué, publié,  jeudi 7 mars, la BCM  a  fait savoir que cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts qu’elle fournit pour réguler le secteur informel financier.

La Banque a souligné  que pour faire face aux « délinquants financiers », se  trouvant  surtout dans l’économie parallèle, elle va adopter une feuille de route rigoureuse pour réguler le secteur.

« Cette feuille de route a aussi pour objectif de protéger le consommateur des services financiers tout en prenant en compte le rôle important du secteur informel dans l’inclusion financière », a noté le communiqué.

Et d’ajouter, « Dans ce cadre, la Banque, en tant que régulateur, a rendu publique une circulaire http://www.bcm.mr/IMG/pdf/circulaire_004-2018_fr_ar.pdf rappelant l’exigence de son autorisation préalable pour exercer le métier de transfert de fonds sur l’ensemble du territoire national. Elle a fixé aux opérateurs du secteur un délai pour se déclarer auprès d’elle afin de demander une autorisation ».

Selon la même source, « A l’issue de cette étape, la Banque a octroyés à 9 prestataires, qui répondent aux critères, des autorisations provisoires de prestation des services de transfert de fonds (http://www.bcm.mr/liste-des-prestataires-de-transfert-de-fonds-domestique-autorises) tout en s’engageant à respecter un cahier de charge en la matière ».

« Par la suite, la Banque a mis en garde contre tout transfert de fonds en dehors de ces 9 prestataires. Elle a annoncé qu’elle procèdera, en coopération avec la force publique, à la fermeture des locaux des contrevenants non autorisés (http://www.bcm.mr/avis-au-public et http://www.bcm.mr/avis-au-public-727). La BCM entamera une veille permanente sur l’application de cette mesure. Le non respect de ses mesures est passible à des poursuites judiciaires », a conclu le document.

Ibrahima Junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here