Après avoir été  détaché de la fonction du ministre de la défense pour se consacrer à la préparation des présidentielles 2019, le général, Mohamed El Ghazouani est en position d’attaque.

L’ex-chef d’état-major général des Armées, entend chausser ses bottes pour aller à la conquête de la communauté négro-mauritanienne.

Ainsi, le successeur désigné du président Mohamed Abdel Aziz entame une tournée stratégique à partir du 1er avril.

Mohamed El Ghazouani devrait tour à tour se rendre à Rosso, Boghé, Bababé et Kaedi, quatre circonscriptions aux mains de l’UPR, pour présenter sa candidature et insister sur l’unité nationale.

Une intégration qui a longtemps souffert  de discours haineux  et de propagations d’idées arrêtés de certains activistes. Ces derniers qui n’hésitent pas à tirer sur la ficelle.

Ce qui est sûr, le cavalier  de la mouvance présidentielle ne sera pas seul dans cette bataille .Le novice en politique  sera soutenu  par beaucoup de leaders de la vallée, qui se sont déjà affirmés.

D’ailleurs, certains d’entre eux  ont commencé à battre  le rappel des troupes .Une histoire de montre au candidat du pouvoir  qu’ils sont les maîtres incontestés de cette région, véritable grenier électoral.

À l’heure  où s’écrivaient ces modestes lignes, il n’était pas certain que le général pousse la visite jusqu’au Guidimakha, ce qui serait un drame au vu de la mobilisation déployée par la famille Yaya Kane.

Une erreur politique fatale qui risquerait de coûter cher au prétendant au fauteuil de Aziz.

Comme disent les férus en  politique, mieux vaut apprendre à additionner que de soustraire.

 L’homme de troupe à plus que jamais besoin de mobiliser l’ensemble de la force politique négro-mauritanienne  pour conquérir le  pouvoir  lors du scrutin  présidentiel, prévu en juin prochain.

De l’avis  de certains observateurs, même si le poulain d’Aziz a la faveur des pronostics, l’opposition, en ordre dispersé n’a pas encore dit son  dernier mot.

À suivre !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here