À deux mois des élections présidentielles, le candidat, Sidi Mohamed Ould Boubacar décroche le jackpot. Le « prodige »  vient d’obtenir un soutien de taille.

Il s’agit du groupe d’opinion politique qui comprend d’anciens hommes politiques et intellectuels dirigés par Mohamed Yehdhih  Ould Bredeleil , Memmed Ould Ahmed et Devalli  Ould Chein.

C’est en marge d’une réunion, tenu, en début  de semaine que le groupe a porté  son choix  sur l’ex-ministre d’Ould Taya.

Ces intellectuels sont convaincus  qu’Ould boubacar est l’homme d’Etat idéal,  qui sortira le pays du gouffre.

La Mauritanie, soutiennent-ils travers ces pires moments sur le plan économique et social.

Le pays a plus que jamais  besoin d’un homme capable de  résoudre le problème des mauritaniens, ont-ils laissé entendre.

Et ces valeurs républicaines selon eux, sont incarnées  incontestablement   par  cet économiste de renommé international.

Pour  le  professeur, penseur,  Mohamed Yehdhih Ould Breideleil, il est temps  qu’on en finisse avec les militaires qui dirigent  le pays depuis plus de  40 ans.

La Mauritanie n’est pas un legs militaire où chaque général qui finit donne le témoin à un autre pour  continuer  à pérenniser leur  œuvre, se désolent-ils.

Réagissant à ce soutien, le prétendant au fauteuil de Aziz, a soutenu que c’est l’intelligencia mauritanienne qui vient  porter son programme, se fixant  comme objectif majeur d’améliorer  les conditions de vie des citoyens.

« Les mauritaniens doivent tourner une nouvelle page  de leur  histoire, en effectuant un changement  démocratique pacifique, le soir du 22 juin prochain », a-t-il émis.

De l’avis de certains observateurs, au fur et à mesure que la date approche, les manœuvres  politiques s’accentuent.

Mais une chose est sûre, c’est le même cercle, composé d’anciens barrons du système politique, de militaires (en activités  et  retraités)  ainsi des personnalités du régime qui tiennent  la corde.

Déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul,  ça revient au même, il est temps que  des changements s’effectuent en profondeur  dans  la sphère politique.

Les mauritaniens qui voient leur avenir s’impliquer dans ce jeu politique, n’ont-ils pas besoin de sang neuf ?

Ibrahima Junior  Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here