Ainsi, derrière les envolées lyriques de la défense de l’arabité fantasmée, derrière le culte de Saddam Hussein, il y avait ce petit détail de l’histoire. Sous les diatribes du chantre du mythe fondateur du baathisme, il y avait ce généreux poste de PCA grassement rémunéré avec les deniers publics.
Après avoir encaissé ses deux mandats sonnants et trébuchants, le si bien nommé Breidelil coupe les amarres avec un régime Aziz pour rejoindre Ould Boubacar et, au passage, retrouver du mordant . Point d’idéologie donc dans cette transhumance si ce n’est, explique Dr Bâ Coumba dans une tribune inspirée, le désir sans doute de retrouver de nouvelles prairies. En attaquant de visu le prophète de l’arabité exclusive de la Mauritanie, l’ancienne ministre savait qu’elle s’exposait à une nouvelle espèce en prolifération en Mauritanie: les corbeaux qui usent de l’anonymat pour tirer sur tout ce qui bouge . Là n’est pas le débat. Il en faudrait plus pour faire taire cette femme courageuse attaquée de toutes part pour avoir osé parler .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here