Home A la Une Mauritanie : les financiers africains en conclave à Nouakchott

Mauritanie : les financiers africains en conclave à Nouakchott

Experts financiers, banquiers…  en provenance de  plusieurs pays africains se réunissent (du 24 au 26 avril)  à Nouakchott, pour échanger sur la législation du marché de transfert de fonds en Afrique.

Cette rencontre de trois, organisée, à l’initiative de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) et de l’Africain Institute for Remittances (AIR)  s’est fixé pour objectif majeur  de faire une mise à niveau du système bancaire africain.

Dans un contexte d’ère numérique, les acteurs discuteront  également de  la problématique de l’innovation technologique.

Ils aborderont entre autres du développement  rapide des marchés de transfert des fonds et de  la gestion du risque de blanchiment des fonds.

Evoquant le cas de la Mauritanie, le gouverneur adjoint de BCM, Cheikh El Kebir Ould Moulaye Taher, à préciser que le transfert d’argent de la diaspora a atteint des montants  très élevés.

Face à cette situation, indique-t-il, le gouvernement a entrepris de nombreuses réformes ces dernières années.

Ainsi,  l’état a  promulgué une nouvelle réglementation relative aux établissements de crédit, a-t-il rappelé

Et d’ajouter, « cela a permis de nouvelle création d’institutions financières appelées les établissements de paiements spécialisés dans le transfert de fonds et la monnaie électronique ».

Pour  le secrétaire exécutif de l’institut africain pour les envois des fonds, M. Amadou Cissé, le transfert des fonds  doit être utilisé comme  un véritable levier pour le développement des pays africains.

Selon le rapport  de l’AIR   , les transferts de fonds de la diaspora africaine vers le continent sont estimés à 65 milliards de dollars en 2017.

Une enveloppe qui dépasse deux fois l’aide publique au développement pour l’Afrique, estimée à 29 milliards sur la même période.

Ibrahima junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here