Après plusieurs années de revendications, le bilan du syndicat  des travailleurs de Mauritanie se trouve entre victoires et échecs.

Au lendemain du 1er mai, commémorant  la fête du travail, les avis sont plus que partagés sur l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.

Si  les syndicalistes  pointent du doigt  le non-respect  de certains protocoles d’accords, les autorités eux  évoquent  des  avancées significatives  pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs mauritaniens.

Cette dernière vision a été  défendue par le ministre mauritanien de la Fonction publique, du Travail, de l’Emploi et de la Modernisation de l’administration, Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna.

Selon le ministre, l’État en plus de signer des contrats avec  des  prestataires de services, va procéder au recrutement de 3000 travailleurs à la fonction publique.

Ce qui montre, souligne-t-il, que les autorités sont biens disposées à lutter contre le chômage et à améliorer les conditions des employés.

Dans le sens inverse, la Confédération nationale des travailleurs de Mauritanie (CNTM)   a battu le pavé, le même jour  pour rappeler  aux  employeurs  leurs devoirs  envers  leurs employés.

Pour cette année,  les travailleurs ont  retenu  comme principaux slogans :

« Non à la cherté de la vie et à la hausse des prix qui  menacent la paix et la stabilité sociale », « Oui à un dialogue social inclusif ».

Pour  le secrétaire général de la CNTM, Mohamed Ahmed Ould Saleck, dans un contexte de mondialisation où les multinationales mènent la grande offensive, il est devenu un impératif que l’État adopte de nouvelles stratégies pour  protéger les travailleurs.

Le constat est là, les capitalistes, à la recherchent  de profit, exploitent de plus en plus les travailleurs, qui continuent  toujours à recevoir des salaires de subsistances (minimum vital), a-t-il laissé entendre.

Les travailleurs  ont en outre  exigé une amélioration des conditions de travail et  l’augmentation du  salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG).

L’inflation  gagne de plus en plus de terrain  et  les  salaires demeurent  toujours plus  bas

Les syndicats des travailleurs ont remarqué que durant les dernières années, le taux d’inflation n’a  cessé d’augmenter en Mauritanie et  les salaires demeurent toujours misérables.

Se basant sans doute  sur les dernières estimations de l’Office National de la Statistique (ONS), indiquant  que l’inflation a enregistré une hausse de 0,1 % au mois de mars,  les « contestataires »  ont  mis un accent particulier sur la détérioration du  pouvoir  d’achat  des ménages.

À cet effet,  les travailleurs ont  exigé une amélioration des conditions de travail et une hausse du SMIG.

En rappel,  tous les travailleurs du monde entier sous l’égide du Bureau international du Travail (BIT), célèbrent, cette journée internationale du travail.

Elle a été instaurée essentiellement dans le but  de commémorer  les travailleurs  mais également de passer en revue les  conditions de vie  de ces derniers.

Ibrahima junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here