Home A la Une Mauritanie -Sénégal : le « lait » de l’intégration

Mauritanie -Sénégal : le « lait » de l’intégration

La Mauritanie et le Sénégal  sont déterminés à conjuguer  leurs efforts pour valoriser le potentiel du lait local des deux pays.

Dans cette dynamiques , les deux  voisins  comptent  mettre en place une véritable plate-forme d’échange (  privés ,  personnalités de la société civiles , parlementaires , acteurs du secteur laitier)  .. pour  échanger sur  les stratégies du développement de la filière laitière.

S’ exprimant  sur  le plateau d’une  télévision privée sénégalaise (SEN TV) lors de l’émission  l’«essentiel», Diakité Alioune, chef du projet «PROGRES-Lait »  en Mauritanie, a indiqué que cette plate-forme va contribuer  à échanger  sur le développement de l’élevage et  de la filière laitière  dans les deux pays .

Pour le coordonnateur  de l’antenne de Trarza, cette plate-forme  va appuyer  les petits éleveurs qui  ont du mal à fournir  leur lait aux industriels (point  de collecte très éloigné des usines).

« Elle sera dotée d’environ 80 centres de collectes  et permettra de rapprocher  les  éleveurs et les industriels », a-t-il précisé.

Le responsable est convaincu qu’ avec l’appui des deux gouvernements en collaboration avec l’Union européenne (UE), la commercialisation du lait sera beaucoup plus  facile au Sénégal et en Mauritanie.

Et d’ajouter  : « elle permettra également de réduire significativement  les coûts  des importations de lait dans les deux pays ».

Évoquant  la consommation de lait  en Mauritanie, le membre du réseau des femmes parlementaires de Mauritanie, Hapssa Kane a  souligné que la demande est  devenue  tellement forte  dans ce pays que les autorités doivent trouver  d’autres alternatives.

Venu apporter sa touche à l’édifice, le docteur  vétérinaire  et économiste, Mouhadou Fadiga, a recommandé aux deux états de veiller sur l’équilibre du marché du lait.

Le responsable a exhorté aux autorités mauritaniennes et sénégalaises d’appliquer des politiques qui protégeront à la fois  les éleveurs  et les entrepreneurs  dans  le secteur laitier.

À  noter que le « PROGRES-Lait »   est un programme sous régional exécuté au Sénégal et en Mauritanie, respectivement par l’UE, Enda Energie et Ecodev.

Financé  à hauteur de 6,8 millions d’euros par l’UE , le projet est exécuté en Mauritanie dans deux bassins  aux  Goths  et  au Trarza (Rosso). Et  au Sénégal   dans la zone de Kolda et du Ferlo (saint louis).

Ibrahima Junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here