À moins d’un mois des présidentielles du 22 juin  prochain, le coordonnateur historique  du mouvement Touche Pas à Ma Nationalité (TPMN) , Abdoul Birane Wane, vient de rallier Birame Dah Ould Abeid. Sans armes ni bagages, disent les mauvaises langues qui estiment que le long séjour parisien de l’activiste négro-africain a réduit TPMN en une sorte de coquille vide disputée avec l’autre tendance, celle de Alassane Dia, cooptée au sein de la Coalition Vivre Ensemble (CVE).

Le soutien d’Abdoul Birame Wane ne va pas déterminer des millions d’électeurs mais constitue à notre sens un symbole fort. Si le Abdoul Birame Wane de 2019 n’est pas, loin s’en faut, celui de 2012, il va dire que l’homme n’a rien perdu de cette détermination politique qui, souvent, chez les negro-africains, se noie dans la Seine.

Naturellement, les spéculations vont bon train sur  la nature  même de ce soutien qui devrait faire renaître Abdoul Birame Wane de ses cendres parisiennes. Mais qu’était-il allé chercher dans cette galère ? Alors au faite de sa popularité, l’homme qui faisait jeu égal avec Birame s’était éclipsé, laissant ses partisans dans le doute, l’incertitude et les rumeurs.

L’activiste avait eu à rencontrer  le président mauritanien, Mouhamed Ould Abdel Aziz  et  certains faucons du régime, pour des raisons dit-il, relatives à la situation des droits humains du pays. Si ces rencontres ont permis d’accélérer l’enrôlement des centaines de négro-africains, elles ont aussi suscité des réserves dans les rangs des militants.

Bref, le retour de Abdoul Birame Wane et son ralliement à Birame constituent un événement. Par contre, sa violente sortie contre Kane Hamidou Baba risque de faire des dégâts dans une pré-campagne marquée par une mobilisation sans précédent de l’électorat noir.

Revenu en Mauritanie sur la pointe des pieds, Abdoul Birame Wane est à la recherche de ce temps perdu qui ne revient jamais. Parviendra-t-il à être après avoir été ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here