l’opposant historique Mohamed Ould Mouloud, leader de l’UFP, n’a pas confiance dans le processus électoral devant conduire à l’élection présidentielle du 22 juin.  Un constat sincère ou une réalité crue?

A la tête d’une coalition de quatre candidats comprenant, en outre, l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, le militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, le communicant Kane Hamidou Baba et l’économiste Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi, le candidat de “changer d’ère” pointe du doigt l’attribution du marché de l’impression des bulletins de vote à une société mauritanienne appartenant à un proche du pouvoir.

«Nous sentons les prémices de ce hold-up électoral», a déclaré l’opposant historique, rompu à la communication politique. «La confiscation du processus électoral par le régime est inadmissible et ne passera pas», a ajouté M. Ould Mouloud.    Notons que ces élections seront supervisées par une Commission électorale nationale indépendante (CENI) et suivies par des observateurs de l’Union Africaine et d’autres entités.  Face à ces critiques, le pouvoir reste de marbre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here