Décidément ! l’affaire de présumée corruption dans l’attribution de contrats pétroliers s et gaziers au Sénégal commence à s’internationaliser.

Après le rejet  des accusations  (reportage de BBC qui a épinglé  Aliou Sall , le frère du président sénégalais , Macky Sall) de la Chambre africaine de l’énergie (African Energy Chamber),  c’est autour du président mauritanien, Mouhamed Ould Abdel Aziz  de monter au créneau pour dénoncer une instrumentalisation politique.

Dans un point de presse, tenu, jeudi  20 juin, le chef de l’Etat, a soutenu que cette affaire a une connotation politique même s’il reconnait  ne pas avoir assez d’éléments.

« Je ne pourrais  pas vous donner des détails. Je ne sais pas de quoi il s’agit  exactement  .Mais ce qui est sûr, ces accusations sont infondées », a expliqué le président

Et d’ajouter , « On avance un montant  de 10 milliards de dollars  versé à Aliou Sall que la société BP elle-même ne peut pas obtenir .Il y a beaucoup de questions que la  presse évoquent pour des raisons  parfois politiques »

Aziz accuse l’opposition sénégalaise et certains activistes de vouloir utiliser cette affaire à des fins purement politiques.

Il a soutenu que ce « scandale » n’aura  aucun impact  sur l’accord gazier  entre la Mauritanie te le Sénégal  qui vont poursuivre  cette gestion collégiale du site Grand Tortue Ahmeyin (GTA), qui se trouve à la frontière maritime entre les deux pays.

En rappel, la Mauritanie et le Sénégal ont signé en février 2018,  un accord de coopération intergouvernemental (ACI) portant sur l’exploitation du champ gazier Grand Tortue Ahmeyin (GTA)  dont les réserves estimées à 450 milliards m³.

D’ailleurs, les deux parties ont créé  une commission conjointe mixte pour l’exploitation  commune  de ses ressources gazières dont les premiers mètres cubes de gaz sont attendus en 2021.

Ibrahima Junior Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here